La pratique du tennis aiderait à vivre 10 ans de plus

tennissenior

Selon une étude réalisée au Danemark, le tennis permettrait de gagner environ 10 ans d’espérance de vie et le badminton, de son côté, environ 6 ans. D’autres sports tels que le jogging, le football ou encore le cyclisme auraient un impact moindre sur la durée de vie. Bien qu’ils n’en soient pas sur, les chercheurs avancent que l’aspect social du tennis, ou des sports de raquette en général, pourrait expliquer cette découverte.

Il est connu depuis longtemps que pratiquer un sport aide à rester en bonne santé, plus longtemps. Ce qui est nouveau, grâce à cette étude, c’est que le lien entre sport sociale et espérance de vie semblerait exister.

Les sports individuels tels que le cyclisme, le jogging ou la natation permettent en moyenne de gagner 3.5 années d’espérance de vie alors que les sports de raquettes se situeraient plutôt aux alentours des 8 ans d’espérance de vie supplémentaire.

Un sport comme le football, se situant entre les deux grâce à son aspect a la fois collectif mais aussi individuel, permettrait pour sa part de gagner environ 5 ans d’espérance de vie.

Les chercheurs pensent que l’effort physique permet évidemment d’améliorer sa condition physique, via l’augmentation du rythme cardiaque, mais que l’aspect social du sport, et l’échange avec son adversaire ou ses coéquipier, est également primordial et pourrait avoir un effet psychique et moral bonifiant.

Lors de cette étude, réalisée par le Saint Luke’s Health Center de Kansas City, 8600 personnes de tous ages furent suivis sur une période de 25 ans. En analysant le modes de vie des volontaires, et les échanges fréquents avec tous les participants, ils constatèrent que le cyclisme était le sport le plus populaire mais que, dans le même temps, les participants indiquant pratiquer le tennis vivait bien plus longtemps que les autres. Aucune certitude n’existe quant à la raison de ces différences même si la sociabilité du tennis est avancée.

Une autre raison pouvant expliquer ces différences viendrait du contexte social et culturel. Les pratiquant de tennis sont généralement plus éduqués et dans une situation professionnelle ou familiale plus stable. Leur mode de vie, dans l’ensemble, serait plus sain que ceux pratiquant d’autres sports plus « populaires ».